Mohamed CHAARAOUI Psychologue Marseille
   Psychothérapeute-Psychanalyste
DESS en Psychologie clinique et pathologique 
Docteur en Sémiologie 

09 86 50 24 47

06 62 42 65 65
sur rendez-vous
184, rue Paradis 13006 Marseille

Vous pouvez aussi me joindre par mail RDV dans la rubrique"Contactez-moi"

Se libérer de la dépendance affective

 

    

"Oser être soi-même"

"La vie n'est rélle que lorsque "Je suis ."
Gurdjieff G.I


"Il n'y a d'amour que pour un être qui peut parler."
    
Lacan


Rares sont les personnes qui arrivent à l’âge adulte sans avoir de reproches à faire à leurs parent concernant la manière dont ils ont été aimés : qu’il s’agisse d’un manque d’amour ou d’un trop plein d’amour.

Quoi qu’il en soit, il est nécessaire et bénéfique de se réconcilier avec l’un ou l’autre de ses parents, voire les deux, d’autant plus que l’on répète souvent à l’âge adulte le mode de relation affective préalablement vécue avec ses propres parents.

 

Le psychologue intervient pour aider la personne à dénouer les liens qui l’empêchent de s’épanouir et de se libérer de toute entrave.

 

Ceux qui n’ont pas reçu l’amour qu’ils attendaient de leurs parents, ont de forte chance de se comporter de manière infantile avec leurs partenaires amoureux ou plus généralement dans leur vie sociale et professionnelle. Cela peut fortement contribuer à les freiner dans leur parcours ou leurs ambitions. Ils sont toujours en quête du partenaire idéal qui répondra à toutes leurs attentes et comblera tous les manques. Mais cette forme d’amour n’est pas adulte, c’est un leurre, et c’est par conséquent inaccessible.

Au contraire, ceux qui ont été aimés de manière trop fusionnelle , ont l’impression que cela les empêche d’exister, que cela les contraint à refouler leurs besoins propres afin de se plier aux désirs du ou des parents.

 

Melissa,

« Depuis l’âge de 18 ans, je ne voyais plus aucun membre de ma famille. Ils m’étouffaient tous avec leur amour envahissant et possessif ! Les gens se plaignent de ne pas avoir été assez aimés dans leur enfance ; moi c’était le contraire, je croulais sous l’affection de cette famille tentaculaire, soudée et chaleureuse. J’avais l’impression que je ne serais pas moi-même tant que je ne me dégagerais pas de leur emprise. Alors, j’ai décidé de devenir “orpheline” en tirant un trait sur des pans entiers de mon histoire et de mes origines. J’ai entrepris mon analyse à la naissance de mon fils : “Qui suis-je au juste et que vais-je raconter à cet enfant ?” me demandais-je alors. J’ai compris que je ne serais moi-même que si j’acceptais cette histoire familiale, que j’en étais porteuse, que j’en étais issue. Avant, je fuyais les fêtes de famille parce que j’y jouais le rôle de la “bonne fille bien sage” qu’ils voulaient que je sois !

Maintenant, je les apprécie car je me sens adulte et autonome. J’ai de la tendresse pour mes grands-parents, mes oncles et mes tantes, j’ai cessé de ne voir que leurs défauts. Ce retour au bercail m’a permis d’inclure mon fils dans son histoire. Il passe toutes ses vacances dans la grande maison familiale avec ses cousins et ses cousines. Autre évolution notable : la psychanalyse m’a permis de renouer le fil entre mon fils et son père – j’avais rompu tout lien peu après sa naissance –, j’ai même pu lui dire que j’avais été très amoureuse de son papa, qu’il avait été conçu dans l’amour ! Mon fils a 12 ans maintenant. Et tous les deux se voient très régulièrement avec grand plaisir. »

Ainsi Madame V, qui ayant intériorisé l’image d’une mauvaise mère, a organisé toute une problématique de rejet et de tension corporelle face à la relation maternelle. Elle n’a pu construire son identité. Elle projette sur toute personne du sexe féminin  ce même type de relation et de tension. On aboutit ainsi à une situation difficile liée à la tension, où, tout contact féminin reflète ce facteur corporel extrême. Et lorsque le contact avec une femme est inévitable et de longue durée, la pathologie somatique apparaît. Dans le cas de Mme V, une élaboration corporelle, autour de la prise de conscience du corps, doit permettre de révéler la situation d’impasse identitaire.

-je n’ai pas actuellement plus beaucoup de disponibilité pour accueillir tous les nouveaux patients. Je peux toutefois si vous me laisser vos coordonnées vous prévenir rapidement dès qu'une place se libère et qu'un rendez-vous pourra vous être donné.
 

Si vous avez d’autres questions ou vous vous demandez si je peux vous aider téléphonez pour un rendez-vous :06 62 42 65 65 

ou envoyez un Email : m.chaaraoui@gmail.com

Psychologue Marseille vous reçoit dans le 6ème à Marseille.

 
 
 
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement