Mohamed CHAARAOUI Psychologue Marseille
   Psychothérapeute-Psychanalyste
DESS en Psychologie clinique et pathologique 
Docteur en Sémiologie 

09 86 50 24 47

06 62 42 65 65
sur rendez-vous
184, rue Paradis 13006 Marseille

Vous pouvez aussi me joindre par mail RDV dans la rubrique"Contactez-moi"
                          Psychologue Marseille-Mohamed Chaaraoui 
                      



                                                    LA DÉPENDANCE AFFECTIVE




 


La dépendance affective pathologique

est un enfermement, un piège terrible qui nous empêche d'accèder à l'amour et au bonheur, car celles et ceux qui en souffrent n'avancent pas, se sentent impuissants face à leur vie et sont paralysés par l'idée de l'isolement existentiel et de la solitude.Ils recherchent désespérément à l'extérieur d'eux-même ce qui pourrait rendre leur vie plus agréable et lui donner un sens. 



 

Les origines de la dépendance affective sont multiples: 

- familiales et transgénérationnelles
- emprise de l'enfant par l'un des parents
- conflits affectifs
- rejets 
- violences
- abus
- traumatismes transmis entre les générations.


L'objectif de la thérapie est de libérer toutes nos ressources jusque là bloquées pour se libérer de cette prison affective afin d'accéder à la liberté d'être soi, se découvrir, s'aimer soi-même, s'affirmer et ne plus se laisser dominer et écarter par les autres, grandir, devenir adulte s'affranchir de ses parents, de sa famille ou de ses amis, être vrai et authentique dans ses relations affectives, sociales et professionnelles car le choix d'une vie non plus subie mais librement choisie nous appartient .La fin de cette dépendance affective est un tournant important dans votre évolution. Elle marque le début d'une nouvelle vie, dans laquelle vous serez épanoui, en accord et heureux avec vous -même sans vous soucier du regard des autres.


Psychologue-Marseille. Mohamed Chaaraoui

Tél: 06 62 42 65 65.
Bienvenue-troubles de l’identité-formations et activités, étrange étranger—psychothérapie de courte durée-psychothérapie de soutien— la confiance en soi-psychanalyse et psychothérapie- qui suis-je? divorce et séparation-retrouver l’amour-réussir son mariage-musulman et psychothérapie- vivre malgré tout- thérapie comportementale et cognitive- couple mixte-psychosomatique—voir un psy- examens et concours- gestion du poids-retrouver l’amour— Mohamed psychologue—Accueil-  du site- présentation- thérapie de couple-nouvelle thérapie nouvelle vie-, le manque de confianceen soi- l’alcoolisme- addictions et drogues-guérir des dépendances affectives-gestions des émotions-la relaxation thérapeutique-gestion du poids-

 
La dépendance affective pathologique
est un 
enfermement, un piège terrible qui nous empêche d'accèder à l'amour et au bonheur, 
Les origines de la dépendance affective sont multiples: 
- familiales et transgénérationnelles
- emprise de l'enfant par l'un des parents
- conflits affectifs
- rejets 
- violences
- abus
- traumatismes transmis entre les générations.
L'objectif de la thérapie est de libérer toutes nos ressources jusque là bloquées pour se libérer de cette prison affective afin d'accéder à la liberté d'être soi, se découvrir, s'aimer soi-même, s'affirmer 
 

Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-

Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue--Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-Psychologue-